Les banques du Luxembourg : La comparaison avec la Suisse

Que dire à propos des banques du Luxembourg et l’évasion fiscale ? Tout d’abord, l’on parle d’évasion fiscale lorsqu’une personne physique ou morale ou encore une société s’implante dans un pays dans le but de fuir l’imposition de son pays, pour payer des impôts nettement inférieurs. Le pays en question est alors appelé paradis fiscal. Mais l’évasion fiscale concerne également les personnes qui se tournent vers les institutions bancaires dont le régime fiscal est peu transparent et qui ne coopèrent généralement pas avec les Etats dans les affaires de fiscalité. Par rapport aux établissements suisses, les banques du Luxembourg ont fait des efforts sur ce point.Banques du Luxembourg

En effet, il est désormais indispensable de déclarer et de prouver la provenance légale des fonds investis dans les banques du Luxembourg, avant de pouvoir y créer un compte bancaire ou un compte d’épargne. Investir au Luxembourg présente certes des avantages fiscaux considérables à la clé, mais la législation dans ce pays a progressé nettement par rapport à la Suisse, qui est ainsi devenue le principal paradis fiscal de proximité pour les Européens. Des révélations chocs d’employés de banques suisses ont d’ailleurs éclaboussé ces dernières au cours des récentes années, mettant au grand jour dans plusieurs affaires les pratiques peu recommandables de certaines personnalités politiques en Europe. A ce niveau-là, l’image des banques du Luxembourg est restée intacte malgré la réputation en tant que paradis fiscal.

Les banques du Luxembourg et le secret bancaire

Mais si le Luxembourg est considéré comme un paradis fiscal, c’est sans doute par rapport au fameux secret bancaire. Dans le passé, les banques du Luxembourg ont admis le fait que certains investisseurs puissent mettre une somme d’argent importante en toute discrétion sur un compte bancaire numéroté ou non. Cela a permis d’ailleurs à de nombreuses personnes et organisations de camoufler certaines transactions pour des raisons peu louables. Aujourd’hui, les banques du Luxembourg se sont démarquées de leurs homologues suisses sur ce point, en s’engageant à lutter contre l’argent sale.

Cette lutte a d’ailleurs été concrétisée par la signature d’accords sur les échanges de renseignements fiscaux avec les autres pays. Et parce que ce pays a accepté de lever en partie le voile sur le secret bancaire, l’OCDE a rayé le Luxembourg de sa liste grise en 2009. Mais le secret bancaire n’est pas entièrement levé, car les banques du Luxembourg mettent un point d’honneur à garder certaines informations secrètes afin de préserver les intérêts de leurs clients. Du côté de la Suisse, le secret bancaire reste pourtant un sujet très sensible et son abolition complète n’est pas encore à prévoir pour les décennies à venir.

Les banques du Luxembourg au top 2 du classement des paradis fiscaux

Alors que la Suisse apparaît nettement devant le Luxembourg dans le classement des paradis fiscaux (selon les rumeurs), la réalité est toute autre d’après le magazine Forbes, qui a publié un classement de ces destinations favorites pour l’évasion fiscale en 2010. Ainsi, le prix du plus grand paradis fiscal serait attribué à l’Etat du Delaware aux USA. Cela peut paraître assez étonnant venant d’un pays qui prône la transparence et l’équité, mais ce classement prend en compte les volumes financiers, ce qui propulse les américains en tête de liste.

Ensuite, l’on retrouve le Luxembourg juste devant la Suisse et les îles Caïman. Pourquoi ? Tout simplement parce que les investisseurs offshore préfèrent se tourner vers les banques du Luxembourg car ces dernières bénéficient d’une meilleure image que celles de la Suisse. Toujours en tenant compte des volumes financiers, il est alors logique que le Luxembourg l’emporte sur la Suisse en raison de cette confiance accrue des investisseurs. Par ailleurs, les six autres pays qui bouclent le top 10 de ce classement des paradis fiscaux au monde sont : Londres, l’Irlande, les Bermudes, le Singapour, la Belgique, et Hong Kong.